Laquelle se passe ailleurs donne à voir des poèmes scéniques d’un autre monde. Les lois qui régissent cet univers diffèrent des nôtres. Les torsions qu’imprime l’écrivain Dominique Quélen au réel et au langage se répercutent à tous les éléments d’un système ayant sa propre logique, sa propre grammaire artistique et ses propres lois physiques et chimiques. Des anacoluthes étranges sont prononcées avec le plus grand naturel. Les voix des performeurs sont transformées par l’électronique de manière irréaliste. On boit sa tasse de téléphone chaque matin. Des murs invisibles dictent certains mouvements. Tantôt mystérieux, humoristique ou grinçant, cet autre monde dresse un portrait renversé de notre époque en pleine mutation.

Sur scène : cinq performers issus de différentes disciplines artistiques (art dramatique, danse, performance, percussion, chant), reliés par les technologies de l’Ircam, sans instrument de musique autres que leurs corps, leurs voix, des objets et divers médias. L’écriture de plateau est le résultat de processus créatifs entremêlant les pratiques des différentes disciplines artistiques : poème-partition exécuté à voix haute, rythmes visuels scandés par les seuls mouvements, partition de respiration pour danseur, dispositif technologique faisant résonner les objets de la scénographie… Le projet cherche une hybridation maximum des différentes pratiques impliquées.  Chacun-e fait de tout à sa manière. L’enrichissement réciproque entre performers de différentes disciplines fait partie du processus de travail. Ainsi l’hybridité est une exigence artistique qui prend forme aussi bien dans les parties individuelles des performers que dans leur interaction au sein du groupe.

Distribution

  • Composition, mise en scène, informatique musicale : Mathieu Corajod
  • Performer & percussionniste : Stanislas Pili
  • Performer & chanteuse : Chloé Bieri
  • Performer & danseur : Pierre Lison
  • Performer & danseuse : Marie Albert
  • Performer & comédien : Antonin Noël
  • Librettiste : Dominique Quélen
  • Regard extérieur et parrainage du projet : Georges Aperghis
  • Production et Administration : Anna Ladeira, Mathias Ecoeur – Le Voisin
  • Producteur délégué : Compagnie Mixt Forma
  • Co-production : Ircam Paris

Biographies

Mathieu Corajod

(France/Suisse, 1989) est un compositeur travaillant dans les domaines des musiques instrumentale, vocale et électronique, du théâtre musical et des projets interdisciplinaires. Auteur d’œuvres jouées notamment par l’Ensemble Adapter, l’Ensemble Interface ou encore soyuz21, il a également écrit et mis en scène de nombreuses pièces scéniques à l’image de son spectacle Scriptions ou de la partition à géométrie variable Collection. Mathieu Corajod a étudié la composition auprès de Xavier Dayer à la Haute école des arts de Berne – HKB de 2010 à 2015. Il a ensuite travaillé dans cette institution au sein de la filière de Master in Composition & Theory tout en se formant à la recherche et à la musicologie à l’Université de Berne. En 2018 il a rejoint le cursus de l’Ircam et est boursier de la Fondation Nicati-de Luze. Depuis janvier 2020, il est résident à l’Institute for Computer Music and Sound Technology à Zürich.

Dominique Quélen

Né en 1962 à Paris. Après une thèse sur Italo Svevo, il enseigne à Lille jusqu’en 2015, puis se consacre aux lectures publiques et aux ateliers et résidences d’écriture. Dans les livres qu’il publie depuis une quinzaine d’années, les poèmes sont souvent structurés en séries et fondés sur des contraintes formelles. S’y ajoutent un bref essai sur Helene Reimann, des traductions de Cid Corman, des collaborations régulières avec des compositeurs (Aurélien Dumont, Misato Mochizuki, Gérard Pesson, Loïc Guénin, Mathieu Corajod…). 

Stanislas Pili

Stanislas Pili est un percussionniste, performer et compositeur né en Sardaigne (Italie). Il se forme successivement à la percussion (Conservatoire de Turin), au répertoire orchestral (Conservatoire de Maastricht / Santa Cecila Roma) avant de dédier sa carrière au théâtre musical et à la musique contemporaine qu’il approfondit à la Haute école des arts de Berne. Aux cours d’été de Darmstadt en 2018, en collaboration avec Martin Hirsti-Kvam, il compose la pièce Silence Resistence qui remporte le Kranichsteiner Music Price de l’édition 2018 du festival. Il obtient aussi une mention du jury au concours de musique contemporaine Nicati Open Space 2019. Il a collaboré personnellement avec plusieurs compositeurs et compositrices et artistes internationaux comme Simon Steen-Andersen, Alexander Schubert, Michael Maierhof, Brian Archinal, Mark André, Christian Dierstein, Helmut Lachenmann parmi d’autres. En 2020 il réalisera des performances à IGNM Basel avec le Nouvel Ensemble Contemporain, à Zurich avec le Collegium Novum et il présentera une nouvelle création soliste au Festival Jardins Musicaux de Cernier.

Chloé Bieri

Chloé Bieri est une chanteuse, performeuse et compositrice suisse travaillant autant dans la chanson d’auteur que dans la musique contemporaine et expérimentale. Comme interprète, elle se spécialise dans le répertoire du théâtre musical (Aperghis, Steen-Andersen, Wüthrich, Rebotier…), dans les performances vocales avec électronique (Carlo Barbagallo, Franziska Baumann) et s’investit dans des collaborations interdisciplinaires (Ensemble Babel, Collettivo Elettroacustica Torino, Usinesonore). Comme compositrice, elle écrit entre autres pour l’ensemble WeSpoke et pour son duo avec Marthe Krummenacher (prix suisse de la danse). Dans ses propres pièces et spectacles (Pour les oiseaux mise en scène Faustine Moret ; Avec Orgueil et Honte, mise en scène Stanislas Pili ; Wifi ), elle allie les couleurs vocales des musiques pop et contemporaine, fréquemment en contrepoint de la musique électronique et de la vidéo. En 2019 elle se produit notamment au festival Acht Brücken à Cologne, au SPOR festival Danemark, à Music in prossimità à Turin, au festival Jardins Musicaux à Cernier, à la SMC Lausanne, KGNM Köln, etc.

Marie Albert

Marie Albert est admise en 2015 au Conservatoire de Paris en danse contemporaine, où elle rejoint l’ensemble chorégraphique du conservatoire. Depuis l’écriture de sa pièce 1089ème sens, elle développe son propre langage chorégraphique caractérisé par la théâtralité, le recours à la voix et aux objets, dans un registre souvent absurde ou poétique. Elle collabore régulièrement avec des musicien-ne-s comme Scott Rubin et Mathieu Corajod. Au sein du collectif d’improvisation « les heures perdues », elle se passionne pour l’improvisation et le métissage avec d’autres disciplines. Elle remporte en 2018, le 1er Prix du Concours International de Danse de Séoul (Corée) et participe cette année en tant que danseuse interprète au programme Prototype VI de la fondation Royaumont.

Pierre Lison

Né en région parisienne en 1999, il intègre le CNSMDP à 15 ans en danse contemporaine où il se forme avec des professeur-e-s tels que Edmond Russo, Nathalie Pubellier, Rita Quaglia et Cheryl Therrien. Il y suit également plusieurs travaux de répertoire de la danse contemporaine avec Rainer Behr, Julien Monty, Lauren Bolze et Sandra Savin. Il s’initie aussi à différentes techniques d’improvisation avec Julyen Hamilton et Thomas Hauert et notamment le contact-improvisation avec Anne-Catherine Nicoladzé. En parallèle, il complète sa formation d’interprète avec le programme Dialogue de la fondation Royaumont en 2018 où il a l’occasion de travailler avec les chorégraphes Henrique Furtado et Marinette Dozeville. Il participe à de projets avec des compositeurs et compositrices tels que Alexandre Singier en écriture au CNSMDL et Mathieu Corajod, compositeur à l’IRCAM. Depuis peu, il a intégré la nouvelle création d’Hervé Robbe « Danse de 6 ».

Antonin Noël

Dès son plus jeune âge, Antonin Noël découvre le théâtre et la musique qu’il ne cesse de pratiquer depuis. Il effectue sa formation de comédien à la Manufacture – Haute École de Arts de la Scène à Lausanne. La variété des projets auxquels il participe durant ses études, accentue son goût prononcé pour la recherche, le collectif et les projets pluridisciplinaires. Après l’expérience d’une fiction audio à la Radio Télévision Suisse (émission Le Labo, David Collin) le matériau sonore devient un ingrédient important de son travail. En 2019, il a joué au Théâtre de Vidy, à la comédie de Genève, ainsi qu’au cinéma et dans le cadre de lectures, et en 2020, il collabore avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne dirigé par Gergely Madaras.